Qu’est-ce qu’un étirement actif ?

Les étirements passifs et actifs sont deux façons dont un athlète peut travailler activement pour améliorer sa mobilité. Chaque type d’étirement peut être bénéfique dans certaines circonstances, et l’utilisation de chacun dépend souvent du scénario dans lequel se trouve l’athlète.

Pour les personnes qui aiment faire de l’exercice souvent, mais qui se retrouvent constamment assises et penchées sur les ordinateurs/téléphones, il devrait y avoir un certain niveau de mobilité dans une routine hebdomadaire. Dans cet article, nous allons rapidement décomposer les étirements passifs et actifs et quand les utiliser.

Lire également : Est-ce que tout le monde peut combler le grand écart ?

Stretching passif

L’acte d’étirement passif implique l’utilisation d’une force externe sur un muscle détendu pour produire un étirement. Cette force externe peut être multiple : le poids de votre corps, une sangle, une autre personne, une forme de levier et la gravité. Un athlète ne contracte pas ou n’utilise pas sa musculature dans un étirement passif, et donne un contrôle total à l’extérieur force.

https://www.instagram.com/p/BZyAQXQH9IG/

A lire aussi : Quels muscles fonctionnent avec les gaines ?

Un étirement passif nécessite très peu d’énergie et est souvent effectué lorsque l’objectif principal est d’améliorer sa flexibilité, car un étirement passif permet généralement d’améliorer l’amplitude des mouvements au-delà de son niveau de confort. La force extérieure aide à pousser ou à aider son membre dans un degré de mouvement qu’il ne serait pas capable d’accomplir sans elle.

Avantages de l’étirement passif

L’ étirement passif peut être bénéfique lorsque l’objectif d’un athlète est d’améliorer sa flexibilité au-delà du point où il peut se mettre confortablement sans force extérieure. Comme ils permettent à une force extérieure de les étirer lorsqu’ils sont détendus, un athlète peut généralement pousser un peu plus loin, au lieu de s’étirer activement sur lui-même. En outre, certaines formes d’étirement passif peuvent être utilisées dans différentes formes de mobilité. évaluations.

Pour les athlètes qui cherchent à améliorer leur flexibilité, la post-entraînement est souvent le meilleur moment pour utiliser l’étirement passif. Le muscle sera réchauffé et les risques d’étirement excessif d’un muscle tendu ou froid seront diminués. En outre, avant de se coucher peut être un moment utile pour effectuer des étirements passifs, car il y a moins de risques de se blesser en raison d’un muscle éventuellement surtendu peu de temps après avoir exercé une force, car le sommeil est une partie complètement inactive de la journée.

Exemples  : Un ami étire votre ischio-jambier, fait un étirement de porte et fait un pigeon sur un banc incliné.

Stretching actif

Contrairement à son homologue, l’étirement actif repose uniquement sur l’athlète et n’implique pas de force extérieure. Un étirement actif nécessite que l’athlète étire activement son articulation en créant un étirement produit à partir de groupes musculaires opposés. N’oubliez pas que ce style de stretch exige que l’athlète produise de la force pour étirer un muscle, au lieu d’être détendu comme dans un étirement passif.

Les étirements actifs sont bons pour étirer une articulation dans son amplitude de mouvement actuelle sous la puissance de ses propres muscles. Ce style d’étirement nécessite l’énergie d’un athlète, et c’est une caractéristique à prendre en compte lors de son exécution autour d’un entraînement.

Avantages de l’étirement actif

L’un des principaux avantages de l’étirement actif est qu’il comporte (relativement) moins de risques que les étirements passifs. Puisqu’il n’y a pas de force extérieure et qu’un étirement est effectué complètement par ses propres moyens, il y a moins de risque d’étirement excessif. De plus, cet étirement de style peut être un outil utile lorsque vous êtes inactif pendant des heures.

Par exemple, disons que vous vous êtes assis toute la journée et que vous vous êtes simplement levé et que vous remarquez que vos mollets sont serrés. Au lieu d’aller directement dans un escalier et éventuellement en étirant trop le muscle froid du mollet, vous vous étirez activement dans votre amplitude de mouvement actuelle grâce à l’utilisation des muscles antérieurs de la jambe. C’est un moyen plus sûr de le faire, et vous réchauffez simultanément le membre inférieur, gagnez gagnant.

Le dernier scénario que j’ai trouvé utile d’étirement actif est après le réveil le matin. Il est utile dans ce scénario, car il permet au corps de se bouger naturellement, demande de l’énergie sans trop s’exercer trop rapidement et c’est un bon moyen de commencer à mobiliser des articulations raides.

Exemples  : S’asseoir et étirer activement le mollet (contracter les muscles antérieurs du tibia), ouvrir la poitrine en étendant les bras sur le côté et en créant un étirement en fléchissant la musculature du dos.

Mot final

Ce ne sont que deux moyens d’étirement, et gardez à l’esprit que nous n’avons pas fait référence à l’statique ou au dynamique, qui sont deux étirements le plus souvent associés à des entraînements. Passif et actif les étirements sont utiles pour améliorer la flexibilité et la mobilité. Les deux étirements de style aideront les athlètes à atteindre différentes plages de mouvement.

Une chose à noter, l’étirement passif peut être légèrement plus dangereux pour les athlètes lorsqu’on manque d’attention aux limites de flexibilité.

Note de l’éditeur : Cet article est une tribune. Les points de vue exprimés ici et dans la vidéo sont les auteurs et ne reflètent pas nécessairement les points de vue de BarBend. Les revendications, les affirmations, les opinions et les citations proviennent exclusivement de l’auteur.

Image vedette de @petrihalonen Instagrampage.

ARTICLES LIÉS